A la UneActualitésElectriqueEssaisPeugeotVoitures propres

Premier contact – Peugeot e2008 restylé : le petit lion montre les crocs !

6 Mins read

Le 04 mai 2023, Peugeot annonçait le renouveau du 2008, son SUV Urbain qui bat des records de ventes depuis son lancement fin 2019, avec près de 700 000 exemplaires produits et numéro 1 des ventes sur son segment en 2021.

Mais il aura fallu attendre que le soleil atteigne son Zénith en cette fin de mois de juin, pour pouvoir essayer celui qui aura la tâche conséquente de succéder à la première version qui a fait son succès.

La marque au Lion nous a ainsi donné rendez-vous à Malaga en Espagne, pour apprécier ce nouveau véhicule sur les belles routes d’Andalousie. 

Cette mise à jour du Peugeot 2008 saura-t-elle vous convaincre ? 

 

Design

 

D’après Peugeot, le succès initial du 2008 est notamment dû au caractère affirmé de son design. Pour ce restylage, la marque a donc cherché à renforcer l’aspect agressif et robuste de son SUV urbain, en lui apportant notamment 3 griffes comme pour la nouvelle 508. 

Ici, sur cette version GT que j’ai eu la chance d’essayer, cet effet de style se prolonge dans les phares qui bénéficient de 3 modules optiques full LED en option. 

Visuellement, pour ma part, ces signatures lumineuses intégrées dans les inserts noir brillant du bouclier me font penser à des crocs qui, je trouve, donnent une assez forte personnalité à ce nouveau 2008 par rapport à la version précédente. Avec cet effet visuel, j’ai perçu une sorte de « message » émanant de la face avant… comme un lion montrant les crocs ! 

Pour avoir été suivi sur une partie de l’essai par un autre nouveau 2008, je peux vous dire qu’en le regardant dans le rétro, je voyais très distinctement ses crocs qui me disaient : « Bouge-toi de mon chemin, ou je te mange ! ». 

Après, ces 3 griffes peuvent donner un côté un peu chargé à l’avant du véhicule, cela dépendra de votre ressenti personnel et de l’image que vous souhaitez renvoyer sur la route…. 

 

À l’arrière, on constate également une nouvelle signature lumineuse par rapport à la version précédente, qui réinterprète les 3 griffes par un dessin horizontal cette fois-ci, avec 3 séries de lamelles à double étage superposées. Selon Peugeot, cela contribuerait à élargir visuellement le véhicule. 

En fil rouge, ce nouveau 2008 arbore également le nouveau logo de la marque, que ce soit sur la calandre ou sur le centre des roues. D’autres badges sont également modernisés, comme le « E » marqué sur la version électrique, ou encore le monogramme « PEUGEOT » relativement discret qui s’installe sur toute la largeur du bandeau de volet du coffre.

De mon côté, j’apprécie toujours beaucoup les lignes du 2008 en forme de triangle sur les côtés et à l’arrière du véhicule. Ces lignes sont d’ailleurs, selon moi, bien mises en évidence grâce à la couleur Gris Artense du plus bel effet sur le modèle que j’avais en main pour cet essai. 

Côté dimensions, elles restent les mêmes : 4,30 m de long, 1,99 m de large (rétroviseurs compris), 1,55 m de haut. Le volume de coffre est inchangé à 434 litres (sous tablette).

Ci-dessus 2 photos de comparaison par rapport à la phase 1 de 2019. Récupérées sur largus.fr.

 

Ambiance à bord & infodivertissement

 

Une fois à l’intérieur de ce nouveau 2008 dans sa version GT, on ressent une vraie montée en gamme, et ceci pour plusieurs raisons. 

Tout d’abord, le combiné d’instruments au-dessus du volant devient entièrement digital (sauf en version active), avec sur cette version un affichage en 3D. Les informations affichées sont entièrement paramétrables en fonction de nos préférences (données accès sur la consommation, la conduite, la vitesse ou encore la navigation), et cela d’un simple geste sur la molette droite du volant. 

D’ailleurs, le volant intègre aussi le nouveau logo Peugeot, le nouveau badge GT sur la partie inférieure, ainsi qu’un ensemble de commandes systèmes (audio, téléphone, volume) facilement utilisables (boutons physiques !). 

Néanmoins, j’ai pu noter qu’au cours de l’essai, je devais régler le volant un peu plus bas afin de pouvoir regarder le combiné d’instruments dans son ensemble.

Ensuite, cette nouvelle version du Peugeot 2008 intègre de série un écran central tactile de 10 pouces qui regroupe tout un ensemble de widgets comme sur un smartphone, et qui intègre la fonction « Mirror Screen », ce qui permet de faire fonctionner directement Apple CarPlay ou Android Auto. 

Durant l’essai, la qualité de ce nouvel affichage (en HD pour les versions Allure et GT) fut appréciable car ici le GPS s’affiche sur la totalité de l’écran. 

Les touches pianos sont toujours présentes et sont très pratiques lorsque l’on conduit pour changer de menu rapidement ou accéder directement aux fonctions de climatisation par exemple. 

Enfin, un éclairage d’ambiance personnalisable en 8 couleurs différentes et de nouveaux sièges en Alcantara contribuent à l’aspect véritablement premium de ce nouveau 2008, et viennent s’ajouter aux imitations carbone, poignées de portes en cuir et surpiqûres vertes le long du tableau de bord, déjà présentes auparavant. 

Cependant au cours de cet essai, j’ai regretté certains ajouts qui ne m’ont pas paru fonctionnels . Je pense principalement au fait que je n’ai pas pu recharger mon smartphone pendant que je conduisais. D’une part à cause d’un chargeur à induction, certes bienvenu mais ici défectueux (mon téléphone ne se rechargeait que très brièvement toutes les 5 minutes), et d’autre part à cause de la présence de 2 prises de recharge à l’avant mais uniquement de type USB-C, alors que je possédais un fil classique USB-A… Même si  j’ai fini par repérer une prise USB-A dédiée aux passagers à l’arrière, je pense qu’il aurait été plus judicieux de proposer les 2 types de prises à l’avant.

 

Conduite & motorisation

 

Dans le cadre de cet essai, j’ai pu essayer la grande nouveauté en terme de motorisation pour ce 2008 phase 2, à savoir la version 100% électrique (17,4% des ventes de Peugeot 2008 en 2022) qui propose à présent une puissance 115 kW (156 ch) et une batterie de 54 kWh. En comparaison, la précédente version du « E-2008 » disposait de 100 kW (136 ch) et de 50 kWh de batterie. 

Cette nouvelle motorisation électrique permet une progression de l’autonomie qui peut atteindre jusqu’à 406 km, contre 345 km auparavant (cycle mixte WLTP). 

Au cours des 150 km parcourus environ sur ce premier essai, le long de routes sinueuses et vallonnées, j’ai consommé près de 50% de la batterie. J’estime ainsi que, sans avoir eu à faire trop attention au poids de mon pied droit, je pouvais parcourir un peu plus de 300 km. 

Bien que cette autonomie constatée soit inférieure à celle estimée par le constructeur du fait de ma conduite dynamique sur de petites routes, cela m’a néanmoins permis d’apprécier les qualités du châssis et le comportement du véhicule. 

Car j’ai beaucoup apprécié le compromis dynamisme/confort proposé par ce E-2008. En effet très à l’aise en virage, avec un train avant assez précis et incisif, ainsi que des mouvements de caisses très contenus, la hauteur de caisse naturellement surélevée pour ce type de véhicule permet de passer la plupart des aspérités de la route sans problèmes. Après avoir échangé avec un autre confrère qui a aussi essayé ce 2008, cette nouvelle version serait justement plus typée confort que le modèle initial de 2019. 

Au volant, la direction est suffisamment lourde pour facilement placer la voiture sur une trajectoire définie, et la position de conduite n’est ni trop haute ni trop basse. On voit bien la route comme sur un SUV, mais on conduit comme si on était dans une berline. 

Niveau moteur, les 156 chevaux sont bien là. Les accélérations sont vigoureuses, on a forcément du couple instantané à bas régime du fait du caractère électrique, mais on a aussi de l’allonge. J’ai par ailleurs remarqué que la poussée restait suffisamment progressive pour toujours garder un bon niveau de motricité. 

Le 2008 est également disponible en essence (PureTech 1,2 litre 3 cylindres 100 ou 130 ch) et en diesel (BlueHDi 1,5 litre 4 cylindres 130 ch), associé à une boîte manuelle 6 rapports ou à une boîte automatique 8 rapports pour les plus grosses motorisations. 

Pour ceux qui veulent choisir la version 100% électrique, les temps de recharge de 20 à 80 % sont de 30 min environ depuis une borne publique, (100 kW), 4h40 depuis une Wall Box (7,4 kW) et de 11h10 depuis une prise renforcée (3,2 kW).

À noter qu’une version hybride fera également son apparition en 2024, mais que l’on pourra déjà vous détailler dans notre prochain article dédié au 5008 qui va bénéficier de cette nouvelle motorisation. 

 

Produit dans l’usine de Vigo en Espagne, ce nouveau Peugeot 2008 restylé sera commercialisé dès l’été 2023.

 

On aime

  • Le nouveau design agressif et expressif
  • Le nouvelle instrumentation et écrans
  • l’agrément de conduite
  • la finition 

On regrette

  • pas de prise mixte USB-C / USB-A à l’avant
  • le tarif 

Modèle essayé

Peugeot e-2008 156 ch/54 kWh finition GT
45 100 € TTC 

Related posts
A la UneActualitésAudi

Audi RS Q8 Performance : l'hypersportivité au sommet des anneaux

3 Mins read
Après avoir rendu hommage aux breaks de chasse en mai dernier avec la RS4 Avant edition 25 years, puis dévoilé en juin…
A la UneActualitésHybridePremier contactVolkswagen

50 ans de Golf : essai de la dernière évolution (phase 2 huitième génération)

7 Mins read
Volkswagen fête en 2024 les cinquante bougies de la Golf, un best-seller mondial qui s’est écoulé à plus de 37 millions d’exemplaires,…
A la UneActualitésAudiElectrique

Audi e-tron GT : 3 nouvelles versions (2024)

3 Mins read
À Ingolstadt, le 18 juin 2024, Audi appelle les amateurs de grandes berlines électriques à la résistance face aux SUV et aux…
Power your team with InHype
[mc4wp_form id="17"]

Add some text to explain benefits of subscripton on your services.

2 Comments

Laisser un commentaire